lundi 28 novembre 2016

Carole Matthieu

 

Isabelle Adjani, en médecin du travail impuissant devant un management sans pitié, montre l’étendue de son talent dans ce film diffusé dernièrement sur Arte et qui sortira en salles le 7 décembre prochain. 

dimanche 27 novembre 2016

♪ Quand j'serai plus là ♪




Regardez vous dans la glace
Avec vos mines d'enterrement
Ne laissez pas vos grimaces
Gâcher mes derniers moments

Pleurez sans moi
Quand j' serai plus là
Pleurez pour moi
Quand j'serai plus là

Je n'ai jamais eu de patience
J'ai toujours tout fait trop tôt
J'aurais quand même pu attendre
Le jour du Beaujolais nouveau

Trinquez sans moi
Quand j'serais plus là
Santé les gars
Quand j'serai plus là

Ces imbéciles d'hirondelles
Vont vous faire du beau temps
C'est pas facile comme dit Brel
De s'en mourir au printemps

Chante sans moi
Quand j'serai plus là
Chantez sans voix
Quand j'serai plus là

Toi, la moitié de mon âme
Toi qui étais plus que tout
Je prends les sentiers de cocagne
Ce soir c'est la fin de nous

Envole-toi
Quand j'serai plus là
Redeviens toi
Quand j'serai plus là

Ma vie s'en va
Elle me quitte
Remboursez j'ai rien compris
Mais j'ai un plan pour la suite
Je vous prépare un paradis

Comptez sur moi
Quand j'serai plus là
J'serai toujours là
Quand j'serai plus là

samedi 26 novembre 2016

Képi

Voilà un mot souvent utilisé au scrabble pour caser la lettre "k".
Le mot képi est issu de l'allemand käppi signifiant "bonnet". Cette coiffure rigide à fond plat et surélevé, munie d'une visière fut longtemps portée par les militaires de tous grades. 


Les officiers et sous-officiers de l'armée de terre portent encore le képi, tandis que les gendarmes, les agents de police et les facteurs l'ont abandonné depuis quelque temps.

 

vendredi 25 novembre 2016

Toujours ensemble...

... après tant d'années...

Lee Brice (né en 1979) est un chanteur compositeur de musique country américain. L'un de ses grands succès a pour titre "Love Like Crazy"...



Mémère, tu t'en souviens, de notre belle époque,
C'était la première fois qu'on aimait pour de bon.
A présent, faut bien l'dire, on a l'air de vieux schnocks,
Mais c'qui fait passer tout, c'est qu'on a la façon.
Tu t'rappelles ta guêpière, à présent quand j'y pense
J'en rigole tout douc'ment mais c'est plus fort que moi,
Comment qu'tu f'rais maint'nant pour y loger ta panse ?
On a pris d'la bouteille tous les deux à la fois.

Mémère, tu t'en souviens comme t'as fait des histoires
Pour me laisser cueillir la marguerite aux champs,
Et pourtant c'était pas vraiment la mer à boire,
Ça t'a fait des ennuis mais c'était pas méchant
Tu t'rappelles comm' j'étais, je n'savais pas quoi dire
Y a des coups, pour un peu, j't'aurais bien dit des vers.
T'as bien changé, mémère, mais quand j'vois ta tire-lire,
Comment qu'ça donne envie d'faire la route à l'envers !

Mémère, tu t'en souviens des p'tits diabolos menthe,
Des bouteilles de mousseux du quatorze juillet !
Un éclair au café, j'veux bien mais faut qu'tu chantes !
Chérie, t'as renversé ton verre, faut l'essuyer.
Mon Dieu, c'est pourtant vrai que j't'app'lais chérie
Il faut pas m'en vouloir, mais je n'm'en souv'nais plus.
On parle des souv'nirs, mais c'est fou c'qu'on oublie.
J'te d'mande pardon, chérie, et qu'on n'en parle plus !

Mémère, si j'te dis ça, c'est pour te dire que j't'aime,
Te l'dire comme ça, tout cru, c'était trop dur pour moi,
Mais au fond, j'suis content, j'vois qu't'as compris quand même,
Et j'peux te l'dire, mémère, j'ai jamais aimé qu'toi.


jeudi 24 novembre 2016

Manie

Habitude, goût plus ou moins déraisonnable, parfois agaçant. 
Manies des vieilles gens, douces manies... 
Avoir la manie du rangement, de l'exactitude, de la contradiction...


mercredi 23 novembre 2016

La châtelaine du Liban

J'ai retrouvé dernièrement ce célèbre roman de Pierre Benoit, paru en 1924 et adapté au cinéma en 1956 par Richard Pottier.





A noter que, comme dans toutes les œuvres de Pierre Benoit, le nom de l'héroïne de l'histoire, Athelstane, commence par la lettre "A"...

lundi 21 novembre 2016

Épine de rose






J'suis pas quelqu'un qui met des gants
J'peux payer en perles de sang
Des baccaras des ophélias
Et des gloire de polientale
Ces roses au parfum indécent
Elles se défendent quand on les prend
Mais aujourd'hui c'est autre chose
Qui me blesse et qui s'interpose
Un goût, un rien quelque chose
Qui pique mon cœur je le suppose
Et point de douleur invisible
Qui touche en moi la zone sensible
C'est comme une épine de roses
Qui me fait mal arrogance
Comment douter quand elle est pas
Au bout d'mon doigt
Mais en moi

Des amitiés qui se tissent

Quand on s'y donne tout en entier
J'espère jamais ...se faner, finir, mourir, mais
Y aura pas d'aiguille assez fines
Pour arracher au fond de moi
Toute la douleur de cette épine
Si tu n'étais plus avec moi
Un goût, un rien quelque chose
Qui pique mon cœur je le suppose
Et point de douleur invisible
Qui touche en moi la zone sensible
C'est comme une épine de roses
Qui me fait mal arrogance
Comment douter quand elle est pas
Au bout d'mon doigt
Mais en moi
Quand le jour devant moi s'étale
La vie se vide de ton parfum
Quand devant moi je n'ai plus rien
Comme une rose qui perd ses pétales

vendredi 18 novembre 2016

Pique-bœuf

Échassier d'Afrique de la famille des Ardéidés qui se pose sur les bœufs, les buffles, les éléphants pour manger les larves parasites logées dans la peau de ces animaux. 


"... ils furent accueillis par Jacques, le maître d'hôtel cérémonieux de l'Akwa-Palace, un grand  échalas gominé au fort accent marseillais. Avec son nez pointu, sa dégaine et son costume blanc, Dréville lui trouva une ressemblance avec une aigrette pique-boeufs."

jeudi 17 novembre 2016

Beaujolais nouveau




C'est novembre et sa tristesse
La lumière dès seize heures trente
Heureusement voilà la kermesse
Troisième jeudi zéro heure pétante

Arrive le Beaujolais nouveau
Dans les bistrots on se prépare
Un marketing label Mac Do
Pour une fois rime avec pinard

Du bichlorate de baise couillon Du glythanol de cache-misère
Des bouteilles vendues par millions
C'est pas bon mais on adhère

Comment un si petit terroir
Peut-il produire autant de tonnes
Les actionnaires d'anti-inflammatoires
Se frottent les mains à l'automne
N'y a-t-il pas dans le mot vin
Comme une marque d'impolitesse
Chez cette picrate dont le parfum
A seulement l'odeur du business...




mercredi 16 novembre 2016

Huitre

Mollusque lamellibranche, scientifiquement appelé ostrea. C'est un fruit de mer à coquille feuilletée aux valves inégales. 
Les huitres se consomment généralement crues, au citron, à la vinaigrette et aux échalotes.




 


mardi 15 novembre 2016

Super lune


La nuit dernière, nous devions observer le phénomène de la "super lune" qui ne se serait pas produit depuis 1948 et qui ne se reproduirait qu'en 2034. 
Il n'y avait pas le moindre petit nuage dans le ciel dans mon Midi méditerranéen et j'ai eu l'impression de m'être fait avoir en constatant que la pleine lune était guère plus brillante et ne semblait pas plus grande que d'habitude.


lundi 14 novembre 2016

Des Bleus à l'âme

Relu avec plaisir ce bouquin publié par Françoise Sagan  en 1972.


Sébastien et Éléonore, frère et sœur, complices inséparables, la quarantaine proche, se retrouvent à Paris. Également beaux et blonds, comme il se doit, les voici nonchalamment installés dans un meublé de hasard, parfaitement désargentés et parfaitement disponibles. Presque aussitôt, se pressent autour d'eux Nora, une Américaine aussi riche que mûre, Bruno, jeune premier du cinéma français, Robert, un célèbre imprésario... Françoise Sagan nous offre ici ses sentiments, elle nous parle de sa vie et se met en scène comme rarement. Elle utilise le "je" pour justifier ses choix et lui redonne, dans une pirouette finale, son statut romanesque.
Une très grande œuvre. 


Ce n'est pas parce que la vie n'est pas élégante qu'il faut se conduire comme elle.

dimanche 13 novembre 2016

Romain Rolland

Écrivain et prix Nobel de littérature, Romain Rolland (1866-1944)  était naguère connu  par tous les écoliers de France qui devaient lire en classe son roman "Jean-Christophe".







mercredi 9 novembre 2016

Le testament



Je serai triste comme un saule
Quand le Dieu qui partout me suit
Me dira, la main sur l'épaule:
"Va-t'en voir là-haut si j'y suis."
Alors, du ciel et de la terre
Il me faudra faire mon deuil...
Est-il encor debout le chêne
Ou le sapin de mon cercueil?
Est-il encor debout le chêne
Ou le sapin de mon cercueil?

S'il faut aller au cimetière,
J'prendrai le chemin le plus long,
J'ferai la tombe buissonnière,
J'quitterai la vie à reculons...
Tant pis si les croqu'-morts me grondent,
Tant pis s'ils me croient fou à lier,
Je veux partir pour l'autre monde
Par le chemin des écoliers.
Je veux partir pour l'autre monde
Par le chemin des écoliers.

Avant d'aller conter fleurette
Aux belles âmes des damné's,
Je rêv' d'encore une amourette,
Je rêv' d'encor' m'enjuponner...
Encore un' fois dire "Je t'aime"...
Encore un' fois perdre le nord
En effeuillant le chrysanthème
Qui'est la marguerite des morts.
En effeuillant le chrysanthème
Qui'est la marguerite des morts.

Dieu veuill' que ma veuve s'alarme
En enterrant son compagnon,
Et qu'pour lui fair' verser des larmes
Il n'y ait pas besoin d'oignon...
Qu'elle prenne en secondes noces
Un époux de mon acabit:
Il pourra profiter d'mes bottes,
Et d'mes pantoufle' et d'mes habits.
Il pourra profiter d'mes bottes,
Et d'mes pantoufle' et d'mes habits.

Qu'il boiv' mon vin, qu'il aim' ma femme,
Qu'il fum' ma pipe et mon tabac,
Mais que jamais - mort de mon âme! -
Jamais il ne fouette mes chats...
Quoique je n'ai' pas un atome,
Une ombre de méchanceté,
S'il fouett' mes chats, y'a un fantôme
Qui viendra le persécuter.
S'il fouett' mes chats, y'a un fantôme
Qui viendra le persécuter.
 
Ici-gît une feuille morte,
Ici finit mon testament...
On a marqué dessus ma porte:
"Fermé pour caus' d'enterrement."
J'ai quitté la vie sans rancune,
J'aurai plus jamais mal aux dents:
Me v'là dans la fosse commune,
La fosse commune du temps.
Me v'là dans la fosse commune,
La fosse commune du temps.

lundi 7 novembre 2016

Leblésmouti, labiscouti...

 
LEBLESMOUTI
LABISCOUTI
OUILEBLESMOU
LABISCOU

C'est dans un album "Rubrique-à-brac" de Gotlib que j'ai découvert, il y a déjà pas mal d'années, cette adorable comptine. L'auteur de la bande dessinée se rappelait ainsi l'époque de son enfance, lorsqu'il fut envoyé se réfugier chez des paysans à la campagne après que son père fut déporté par la police française à Drancy pour aller mourir au camp d’extermination de Buchenwald.