mercredi 13 mars 2013

Réclame Gévéor

Au même titre que Kiravi, Faraghi, Préfontaine, Cramoisay  et autre Postillon, Gévéor était dans les années 50/60 le picrate du Français moyen..

Gévéor, j'en veux encore !

Certains sportifs l'avaient adopté à cause du slogan "Gévéor revigore". C'était l'EPO de l'époque...




On voyait alors la réclame Gévéor partout. Place de l’Étoile,...


... même sur les buvards des écoliers… 


"En passant devant une publicité "Gévéor" dégoulinant ses lettres rouille à l'huis oublié d'une épicerie close, il m'est revenu le souvenir de ripailles solitaires d'une telle vulgarité que le père Dodu, M. Olida, et même le directeur des Ruralies s'en fussent aperçus, pour peu que je les y eusse conviés, ce qu'à Dieu ne plût. C'était deux ou trois hivers plus tôt. Ayant laissé mes familles ordinaires à leurs ébats neigeux, je rentrais seul à Paris, par un soir gris semblable. Le frigo vide béait sur rien. Le placard aux victuailles exhibait un bocal de graisse d'oie, deux boîtes de Ronron et une de corned-beef. J'avais oublié la clé de la cave dans le sac à main de ma femme, ce qui m'interdisait l'accès au congélateur et - ô rage, ô désespoir, ô Contrex ennemie - à mes vins chéris. Un voisin pauvre mais compatissant me fit le prêt d'une demi-baguette de pain mou et d'un litron sobrement capsulé dont l'étiquette, en gothiques lamentables, chantait avec outrecuidance les vertus du gros rouge ci-inclus. C’était du Gévéor…"
Francis Blanche. 

6 commentaires:

Anonyme a dit…

il y eut une époque où à Lyon régnaient les Grandes Caves de Lyon situées rue Lacassgne .Ils avaient des petites boutiques où en plus du vin il y avait de l'épicerie.Les Moussset propiétaires apparentés aux Reynier 'Reynier Frères) vendirent et s'installérent à Chateauneuf du Pape 'de plus noble réputation)

Anonyme a dit…

pour continuer quand j'étais Reynier nous avions pris Faraghi comme fournisseur de vins dans les succursales Souvenirs à la tienne!!
Christian

Jungle Jim a dit…

à Christian,
Et Faraghi, l'une des marques citées dans mon billet, était le pinard vendu par les Docks Méridionaux installés à Béziers et que tu as certainement connus. Le nom était celui d'un cheval de course qui avait appartenu à l'un des patrons et qui avait gagné beaucoup d'argent sur les champs de course algériens...

Jungle Jim a dit…


à Christian,
Nos souvenirs "faraghiens" (je n'en ai jamais bu la moindre goutte!) se sont croisés.
à la nôtre !!!
Cordialement

Anonyme a dit…

pour compléter la série à Lyon il y avait aussi le Cep Vermeil (Bérard) avec le Gnafron comme emblème me semle t il ,je souviens de leurs voitures à chevaux qui roulaient sur les pavé à tête de chat...
Christian

Jungle Jim a dit…

à Christian,
Tu te souviens du vin en bouteilles consignées d'un litre avec les étoiles autour du goulot……
Il y avait encore le "vin des Rochers", "le velours de l'estomac". Pour le vin "Préfontaine", on disait "Chez Préfontaine, il n'y a pas de tonneaux" slogan humoristique inspiré de "Fontaine, je ne boirais pas de ton eau"...
Je crois que "Le cellier des Dauphins" cher à J. Vercruysse existe toujours.
Cordialement.