vendredi 30 novembre 2012

Masque Bakota

« - J’achète ces merveilles aux missionnaires qui les confisquent aux indigènes pour les échanger contre des crucifix en plâtre.
Il s’arrêta ensuite devant une exposition sous vitrine d’une dizaine de masques recouverts de cuivre.
- Et voici le clou de ma collection, annonça-t-il fièrement. Les fameux masques Bakota.
Il s'agissait de têtes ovales très stylisées surmontées d’un cimier en demi-lune et entourées de plaques latérales. Avec leur cou et un corps en forme de losange évidé, elles mesuraient une cinquantaine de centimètres de hauteur.
- Pour en revenir à ces masques typiques du Gabon appelés également « mbulu-ngulu », les Bakotas les plaçaient au dessus de corbeilles contenant les ossements de leurs ancêtres, lesquels ancêtres servaient, tout comme chez les Fang, de médiateurs entre les dieux et eux. On n’en trouve pratiquement plus à présent et du fait de leur rareté, ils sont très recherchés et se vendent très cher aux collectionneurs américains. »


mardi 27 novembre 2012

Statues équestres

Des "savants" en statuaire équestre prétendent que lorsque le cheval est représenté avec les deux jambes avant en l’air c’est que le cavalier est mort au combat. Si le cheval a un seul antérieur levé, le cavalier est mort à la suite de blessures reçues au combat. Et enfin, si les quatre sabots du cheval touchent le socle de la statue, c’est que le cavalier est mort de mort naturelle. 

Vérifications
Jeanne d’Arc, brûlée vive place du marché à Rouen le 30 mai 1431… 




Louis XIV, mort dans son lit à Versailles le 1 septembre 1715 à l’âge de 77 ans… 




Napoléon, mort dans son lit le 5 mai 1821 à Longwood, sur l’île de Sainte-Hélène... 




Faudrait savoir… 

dimanche 25 novembre 2012

Thérèse Desqueyroux

Le roman âpre de François Mauriac, publié en 1927,...


... dans lequel il évoquait les conflits opposant l'individu à la famille avait déjà fait l'objet d'un film de Georges Franju en 1962...


... avant d'être adapté par Claude Miller qui en a fait un très beau film (parfois dérangeant) avec Audrey Tautou (Thérèse), Gilles Lellouche (Bernard), Annie Demoustier, Catherine Arditi et Francis Perrin.



L'histoire est la même : 

Thérèse revoit son adolescence heureuse en compagnie d'Anne pour qui elle éprouve un sentiment passionné et pur, ses fiançailles avec Bernard Desqueyroux, le demi-frère d'Anne, et son mariage, le mariage de « la fille la plus riche des Landes, avec deux mille hectares de pins ». Déçue dès sa nuit de noce, elle découvre rapidement un Bernard sans une once d'imagination, sûr de ses jugements et de son bon droit, seulement préoccupé de son nom, des devoirs de sa caste, de sa santé et de ses pins. Thérèse Desqueyroux va tenter d'empoisonner son mari qui fera un faux témoignage pour éviter tout scandale.Thérèse bénéficiera finalement d'un non-lieu...



Bonne fête Catherine !

Sainte Catherine d'Alexandrie que l'on fête aujourd'hui était la fille de Constus, le gouverneur d'Alexandrie en Égypte durant le règne de l'empereur Maxence. Possédant une rare beauté et une grande intelligence, elle avait étudié les œuvres des plus grands philosophes et savants de l'antiquité.
Chrétienne comme sa mère, elle fut martyrisée et décapitée sur ordre de Maxence en l'an 307 parce qu'elle refusait de sacrifier aux idoles. Selon la légende, des anges transportèrent son corps au mont Sinaï où son culte est attesté. 
On invoque sainte Catherine pour soulager la douleur. Elle est la patronne des jeunes filles. 


Cath'rine était chrétienne
Bidibom, bom, bom
Bidibom, bom, bom
Cath'rine était chrétienne
Son pèr' ne l'était pas,
la, la, la, la!
Son pèr' ne l'était pas.

Un jour dans sa prière,

Bidibom, bom, bom
Bidibom, bom, bom
Un jour dans sa prière,
Son père la trouva,
la, la, la, la!
Son père la trouva.

Que fais-tu là ma fille,

Bidibom, bom, bom
Bidibom, bom, bom
Que fais-tu là ma fille,
Dans cette pose-là,
la, la, la, la!
Dans cette pose-là.

Je prie le Dieu mon Père,

Bidibom, bom, bom
Bidibom, bom, bom
Je prie le Dieu mon Père,
Que vous n'connaissez pas,
la, la, la, la!
Que vous n'connaissez pas.

Relève-toi ma fille

Bidibom, bom, bom
Bidibom, bom, bom
Relève-toi ma fille
Ou bien l'on te tuera,
la, la, la, la!
Ou bien l'on te tuera.

Tuez-moi donc mon père,

Bidibom, bom, bom
Bidibom, bom, bom
Tuez-moi donc mon père,
Je ne faillirai pas,
la, la, la, la!
Je ne faillirai pas.

Le père dans sa colère

Bidibom, bom, bom
Bidibom, bom, bom
Le père dans sa colère
D'un glaive la transperça,
la, la, la, la!
D'un glaive la transperça.

Les anges descendirent

Bidibom, bom, bom
Bidibom, bom, bom
Les anges descendirent
Chantant alléluia,
la, la, la, la!
Chantant alléluia.

Les démons accoururent

Bidibom, bom, bom
Bidibom, bom, bom
Les démons accoururent
Et enfourchérent le roi,
la, la, la, la!
Et enfourchérent le roi.

Cette histoire est trop triste

Bidibom, bom, bom
Bidibom, bom, bom
Cette histoire est trop triste
On n’la r’commenc’ra pas,
la, la, la, la!
On n’la r’commenc’ra pas.

samedi 24 novembre 2012

Fusil pou-pou


Nom donné aux "fusils de traite", vieilles pétoires que certaines peuplades africaines entrées très tôt en contact avec les Européens se procuraient jadis, ainsi que d’autres objets de pacotille, tissus, verreries, perles, fils de cuivre, poudre… 


Au Congo ex-belge, lorsque Tschombé proclama la sécession du Katanga, les Balubas dont on parlait tant au début des années 60 étaient armés de fusils pou-pou...





"... Dès la fin du XVe siècle les Portugais avaient apporté avec eux les premières arquebuses à mèche, alors en usage en Europe, sur les côtes occidentales de l'Afrique. Plus tard, les Hollandais, Anglais, Français, Allemand et Belges vont se surpasser au cours des siècles dans le commerce d'armes à feu et de poudre de traite, qui serviront de marchandise d'échange contre les esclaves, l'or, l'ivoire, l'huile de palme, le caoutchouc, etc., dont le continent noir sera le principal fournisseur pendant plus de quatre cents ans... 
... L'arme à feu de traite par excellence au XIXe siècle était le fusil à un coup, à chargement par la bouche, à canon lisse et à platine à silex. Arme d'épaule pouvant servir tant à la chasse qu'à la guerre, elle provenait généralement des surplus militaires européens ; à défaut on se contentait de copies ou de modèles reconditionnés. Outil à tout faire, d'une solidité remarquable, ne nécessitant que peu d'entretien, son fort calibre permettait l'usage par les indigènes de la poudre de traite et de projectiles hétéroclites souvent fabriqués par des forgerons locaux ..." 
Paul Dubrunfaut
Armes d'Afrique Centrale


jeudi 22 novembre 2012

John Steinbeck


Écrivain américain comptant parmi les plus grands romanciers de son temps, le chemin de la renommée a cependant été rude pour John Steinbeck (1902-1968) qui connut une enfance difficile. 
Après des études décousues, il partit à New York où, lui semblait-il, il pourrait acquérir l'expérience indispensable à un écrivain. Là, il fit toutes sortes de métiers avant d'obtenir un emploi de reporter au New York Journal, emploi qu'il perdra très vite. Son existence devint alors de plus en plus dure. 
Poussé par la nostalgie de sa Californie natale, il repartit et, là-bas, accepta les besognes les plus variées. Pendant ce temps, il écrivit plusieurs romans obscurs comme La Coupe d'or, vie romancée du flibustier Henry Morgan (1929) ou Pâturages du ciel (1932), dont certains ne connaîtront même pas les honneurs de l'imprimerie. 
Ce fut la publication de Tortilla flat en 1935 qui lui apporta la sécurité et un début de célébrité. 


Ensuite, chacune de ses œuvres remportera un succès mondial : En un Combat douteux, Des souris et des hommes, qui sera porté à la scène et à l'écran, La Grande vallée, Les raisins de la colère qui vaudra à son auteur le prix Pulitzer et fera l'objet d'un film célèbre, Rue de la sardine, A l'est d'Eden, Mon caniche, l'Amérique et moi, et bien d'autres encore. 

 


John Steinbeck a obtenu le prix Nobel de littérature en 1962. 

mercredi 21 novembre 2012

Pépite

De l’espagnol pepita "pépin". Morceau d’or natif sans gangue.

"Les plus riches mines du monde. Les plus grosses pépites. C'est le filon ! "
Blaise Cendrars, L’Or (1925)


"Le chercheur d'or"
Huile sur toile - Alfredo Rodriguez


vendredi 16 novembre 2012

JOB

En 1838, un certain Joseph Bardou, alors boulanger à Perpignan, eut l’idée de créer une sorte de petit livret de feuilles de papier à cigarettes reliées. L’année suivante, il ouvrira un atelier de façonnage et déposera un brevet de ses "cahiers français" et choisira comme marque ses initiales J et B entre lesquelles il placera un losange pour faire beau et que tout le monde prendra pour la lettre O. C’est ainsi qu’est née la marque JOB. Et l’on appellera bientôt son créateur Monsieur Joseph Bardou-Job…
Lequel ne deviendra pas pauvre comme Job le personnage biblique, mais fera fortune et se hissera au rang de la grande bourgeoisie de la ville de Perpignan.










L'entreprise JOB restera dans la famille pendant des années, passant de génération en génération à ses descendants. Le premier d'entre eux, Jean, le fils de Joseph Bardou, fera construire pour ses enfants trois châteaux : Justin recevra le château d'Aubiry, à Cérêt. Jeanne, mariée au député Jules Pams, aura le château de Valmy, à Argelès sur Mer. Enfin Camille, mariée à Mr Michel Lelong recevra le château Ducup de St Paul, à Perpignan.

Chateau d'Aubiry - Céret
Château Ducup de St Paul - Perpignan
Château Valmy - Argelès sur Mer

J'ai bien connu dans le temps, à Senlis, des gens qui s'appelaient Job. Mais c'est une toute autre histoire...

jeudi 15 novembre 2012

Song Meiling


Song Meiling (1898-2003), alias «Madame Tchang Kaï-chek," fut certainement l'une des femmes les plus influentes du 20ème siècle.

« … Le président Harry S. Truman avait des ennuis avec une femme qu’il ne pouvait pas, pour des raisons politiques, traiter en quantité négligeable. Elle s’appelait Song Meiling. Allan avait-il déjà entendu parler d’elle ? Jamais, vraiment ?
Elle était l’épouse du fameux Tchang-Kaï-chek, le chef du parti nationaliste chinois, le Kuomintang. Elle était fabuleusement belle et avait fait ses études aux États-Unis. Elle était la meilleure amie de madame Roosevelt, attirait des milliers de gens chaque fois qu’elle apparaissait en public et avait même pris la parole au Congrès. A présent, elle pourchassait littéralement le président Truman pour le forcer à tenir les promesses qu’elle prétendait avoir reçues du président Roosevelt en ce qui concernait la lutte contre le communisme.
Le conflit entre le Kuomintang et les communistes connaissait une accalmie, parce qu’ils faisaient actuellement cause commune en Mandchourie. Mais, dès que les Japonais se seraient retirés, la guerre civile reprendrait en Chine… »

Extrait de "Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire" de Jonas Jonasson (Presses de la Cité), un roman désopilant dont la couverture est particulièrement laide (mais ne dit-on pas qu'il ne faut pas juger un livre sur sa couverture…)




mercredi 14 novembre 2012

Panda

C’est en Asie centrale le nom indigène d’un mammifère de la famille des procyonidés. 
Le grand panda, appelé également "ours du père David", au pelage brun et blanc ne se nourrit que de pousses de bambou et se cantonne dans les forêts du Sseu-tch’ouan et du Kan-sou. 


mardi 13 novembre 2012

L'Inventaire de Jacques Prévert



Une pierre
deux maisons
trois ruines
quatre fossoyeurs
un jardin
des fleurs
un raton laveur

une douzaine d'huîtres un citron un pain
un rayon de soleil
une lame de fond
six musiciens
une porte avec son paillasson
un monsieur décoré de la légion d'honneur
un autre raton laveur
un sculpteur qui sculpte des Napoléon
la fleur qu'on appelle souci
deux amoureux sur un grand lit
un receveur des contributions 
une chaise trois dindons
un ecclésiastique 
un furoncle
une guêpe
un rein flottant
une écurie de courses
un fils indigne deux frères dominicains 
trois sauterelles un strapontin
deux filles de joie un oncle Cyprien
une Mater dolorosa trois papas gâteau 
deux chèvres de Monsieur Seguin
un talon Louis XV
un fauteuil Louis XVI
un buffet Henri II deux buffets Henri III trois buffets Henri IV
un tiroir dépareillé
une pelote de ficelle deux épingles de sûreté un monsieur âgé
une Victoire de Samothrace 
un comptable deux aides-comptables 
un homme du monde deux chirurgiens trois végétariens
un cannibale
une expédition coloniale un cheval entier 
une demi-pinte de bon sang une mouche tsé-tsé
un homard à l'américaine un jardin à la française
deux pommes à l'anglaise
un face-à-main un valet de pied un orphelin 
un poumon d'acier
un jour de gloire
une semaine de bonté
un mois de Marie
une année terrible
une minute de silence
une seconde d'inattention
et...
cinq ou six ratons laveurs
un petit garçon qui entre à l'école en pleurant
un petit garçon qui sort de l'école en riant
une fourmi
deux pierres à briquet
dix-sept éléphants 
un juge d'instruction en vacances assis sur un pliant
un paysage avec beaucoup d'herbe verte dedans
une vache
un taureau
deux belles amours trois grandes orgues un veau marengo
un soleil d'Austerlitz
un siphon d'eau de Seltz
un vin blanc citron
un Petit Poucet un grand pardon un calvaire de pierre 
une échelle de corde
deux sœurs latines trois dimensions douze apôtres mille et une nuits trente-deux positions six parties du monde cinq points cardinaux dix ans de bons et loyaux services sept péchés capitaux deux doigts de la main dix gouttes avant chaque repas trente jours de prison dont quinze de cellule cinq minutes d'entracte.
et...
plusieurs ratons laveurs.

Jacques Prévert (1900 - 1977)

lundi 12 novembre 2012

Fuyu

Après la grenade évoquée ici dernièrement, voici le fuyu dont la saison vient de commencer.




Fuyu ? Quesaco ?
C'est le fruit du plaqueminier, un arbre cousin de l'ébène à feuillage caduque originaire de Chine et du Japon. Le fuyu, fruit ferme et sucré, riche en sels minéraux et en vitamine C, est une sorte de kaki non astringent qui se consomme croquant comme les pommes. On peut également attendre qu’il devienne blet, ce qui lui donne une saveur encore plus sucrée, et le manger à la petite cuillère.

dimanche 11 novembre 2012

Mon œil !...

Exclamation marquant l'incrédulité, le défi...


"The Eye of Surrealist Time" - Dali (1971)
Lithographie avec gravure en couleur
dimensions: 20.75" x 16.5"
Collection privée






vendredi 9 novembre 2012

Xi Jinping…

… (si djin ping, de son nom Xi, de son prénom Jinping) est né le 1er juin 1953 à Pékin. 


Vice-président de la République de Chine depuis 2008, ce “prince rouge”, ainsi que l’on désigne les descendants des anciens du régime, sera nommé secrétaire général à la fin du 18e congrès du PC chinois qui s’est ouvert hier, puis occupera en mars 2013 la place de président du pays, prenant la succession de Hu Jintao au pouvoir depuis 10 ans. 
Le père de Xi Jinping, un ancien compagnon de Mao, fut vice-Premier ministre avant d'être déchu et emprisonné. Sa famille connut alors la pauvreté et Xi Jinping dut travailler dans les champs pendant sept ans avant de décrocher un diplôme d’ingénieur chimiste. 
Son père, réhabilité par Deng Xiaoping, l’aidera à intégrer le PC chinois et le fera profiter de ses réseaux. Xi Jinping entreprendra alors son ascension vers le sommet, tout en restant assez discret. 
Il a épousé en secondes noces la chanteuse Peng Liyuan, très célèbre en Chine et qui est par ailleurs général dans l’Armée populaire de libération où elle s'était engagée à l'âge de 18 ans. 


Leur fille Xi Mengze effectuerait ses études à l'université Harvard aux États-Unis, sous un nom d'emprunt…

Xi Jinping est naturellement archi-millionnaire.
Comment peut-il encore se dire communiste ???